En 2008, j’ai quitté la région parisienne pour la province, aujourd’hui le sud de la France. Moi qui y était née et y avait grandi, ce fut un sacré bouleversement ! Mais, avec du recul, je pense que ce fut la meilleure décision de ma vie. Aujourd’hui, je voulais partager avec vous les petites choses que j’apprécie dans ma nouvelle vie dans la campagne du Gard.

1 ⤅ Le calme.
C’est en quittant la région parisienne que je me suis rendue compte de l’agitation permanente qui y règne. On y est toujours pressé, stressé, énervé. J’ai mis plusieurs semaines – mois – avant d’arrêter de courir après le bus, de marcher vite pour rien. C’est en quittant Paris et sa banlieue que j’ai appris à prendre le temps. Prendre le temps de manger, de me balader, de profiter de la vie. Vivre à Paris, c’est vivre à deux miles à l’heure. Cela convient à beaucoup de personnes, et je peux le comprendre. Mais aujourd’hui, je sais que cette vie n’est pas pour moi. J’apprécie beaucoup trop le calme, la sérénité qui se dégagent à la campagne. C’est pourtant quelque chose que j’ai du apprendre à apprécier, moi qui avait grandi dans le bruit et le bitume.

2 ⤅ Le soleil.
Quand je vivais à Limoges, je travaillais avec un jeune étudiant qui venait d’arriver de Dakar. Il me confiait que pour lui, le plus difficile au-delà du climat, c’était le manque de soleil. Pour lui, ne pas voir le soleil pendant plusieurs jours était très dur. J’avais du mal à comprendre son ressenti parce que j’avais toujours vécu dans des villes au climat très changeant (en région parisienne ou à Limoges grosso merdo, on fait donc mieux question ensoleillement). Et quand j’ai déménagé pour le sud de la France, j’ai vite compris ce qu’il voulait dire. C’est fou comme on peut s’habituer au soleil, au ciel bleu, et d’en venir à être de mauvaise humeur, déprimé, dès que l’on voit un ciel gris. Mon amoureux, qui est un natif du Gard, se moque souvent de moi car je râle dès qu’il fait moche alors que j’ai quand même vécu à Limoges !

3 ⤅
Les balades dans la garrigue ou dans les vignes.
A une centaine de mètres de notre maison, nous avons des vignes à perte de vue. Petite, j’aurais probablement détesté ce paysage. Aujourd’hui, j’adore m’y promener l’été, au coucher du soleil lorsqu’il fait un peu plus frais. Les vignes sont alors vertes, le raisin se forme et grossit. Quant à la garrigue, c’est un paysage tellement irréaliste pour moi que je ne peux que l’apprécier. On y retrouve d’ailleurs beaucoup de plantes sauvages, que j’apprends petit à petit à reconnaître, qui ont de bonnes vertus pour la santé : le thym, le romarin, la lavande…

4 ⤅ Le patrimoine local.
Je suis tombée amoureuse du patrimoine gardois, il n’y a pas d’autres mots. Ici, entre les Cévennes et le littoral, le patrimoine naturel est époustouflant : on retrouve la montagne, la garrigue, la Camargue, les plages… On est vraiment au milieu de tout. Le patrimoine historique est également remarquable. Bien sûr, on retrouve les monuments romains emblématiques de Nîmes mais aussi des lieux assez improbables : des grottes préhistoriques, la bambouseraie d’Anduze, des villages médiévaux comme Uzès, des monuments contemporains. J’adore l’alliance des styles et des époques dans les villes et villages du département.

5 ⤅ La proximité avec l’eau.
Où que l’on se trouve dans le département, on se trouve toujours près d’une source d’eau. Que soit une rivière, comme le Gardon ou le Rhône, ou bien des petites rivières, et bien sûr la mer. Le plus impressionnant c’est le changement de niveau des cours d’eau pendant les saisons : on vit au rythme des crues et des décrues à l’automne, on profite des rivières au printemps car en été, les cours d’eau sont bien souvent à secs. En quelques années, j’ai vécu les inondations et les sécheresses, ce qui est totalement extraordinaire pour une petite citadine parisienne comme moi. Et puis, les paysages sont toujours aussi incroyables, que l’eau soit présente ou non.

6 thoughts on “Vivre dans le sud de la France”

    1. Ah comme quoi, le manque de soleil c’est commun à tout le monde ! Je pense qu’on le ressent plus en vivant dans le sud car on y est habitué mais je me dis que la mauvaise humeur parisienne vient peut être du manque de soleil 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *