Le rasoir d’Ockham

En philosophie, le terme «raser» signifie «éliminer des explications improbables d’un phénomène»
Ainsi, le rasoir d’Ockham (du nom du philosophe Guillaume d’Ockham) ou rasoir d’Occam est un principe de raisonnement philosophique qui peut se formuler comme suit :

« les hypothèses suffisantes les plus simples doivent être préférées »

La formule précédente ne se trouve pas chez Guillaume d’Ockham; il reprend un adage scolaire dérivé d’Aristote : « C’est en vain que l’on fait avec plusieurs ce que l’on peut faire avec un petit nombre », dit autrement « Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? »

On sait enfin pourquoi le coyote n’a jamais réussi à attraper bip-bip !

Cependant, « la simplicité » dont il est question ici ne signifie pas que l’hypothèse la plus simpliste, la plus évidente ou la plus conventionnelle soit forcément la bonne. Le rasoir ne prétend pas désigner quelle hypothèse est vraie, il indique seulement laquelle devrait être considérée en premier.

Enfin, le rasoir d’Ockham est un outil très intuitif, mais n’est pas très incisif, car il ne donne pas de principe opératoire clair pour distinguer entre les hypothèses en fonction de leur complexité : Ce n’est que dans le cas où deux hypothèses ont la même vraisemblance qu’on favorisera l’hypothèse la plus simple. Il permet tout de même d’ordonner (par simplicité) les hypothèses à éliminer, lorsqu’on procède par élimination.

Albert Einstein avait sa formulation du rasoir d’Ockham, il disait :

« Tout doit être le plus simple possible, mais pas plus simple que ça. »

Une réponse sur “Le rasoir d’Ockham”

Les commentaires sont fermés.